L’association « Les Amis d’Asa Nike­tan » est née en 1981 à l’initiative de béné­voles tou­lou­sains.

Dans le cadre d’un séjour huma­ni­taire à Kava­li, dans l’État d’Andhra Pra­desh (Inde du Sud), ces béné­voles ont été confron­tés à la néces­si­té de sou­te­nir l’action de reli­gieuses, les Sœurs des Mis­sions Étran­gères, dans leur mis­sion d’aide aux popu­la­tions les plus dému­nies.

Éta­blies à Seysses, en Haute-Garonne, les Sœurs de cet Ins­ti­tut se consacrent dès 1970 aux soins des lépreux, elles furent sol­li­ci­tées en 1972 par des femmes dans le plus extrême dénue­ment, pour les aider à sub­ve­nir à leurs besoins.

Ain­si naquit en Février 1973 « Asa Nike­tan », ate­lier de kalam­ka­ri. Art multi-séculaire, il consiste en la réa­li­sa­tion de pein­tures sur toiles de coton repré­sen­tant des motifs aus­si variés que des scènes de la reli­gion hin­doue, des motifs per­sans, des arbres de vie, des motifs flo­raux ou encore ani­ma­liers.

A la créa­tion de l’atelier, huit femmes tra­vaillaient à la confec­tion de ces toiles, sous la direc­tion d’un des der­niers artistes en la matière. Aujourd’hui, elles sont une soixan­taine qui tra­vaillent à Asa Nike­tan, en toute auto­no­mie. Toutes sont d’extraction modeste, veuves ou aban­don­nées, avec des enfants à charge.

La pro­duc­tion de l’atelier est aujourd’hui recon­nue pour la qua­li­té de ses kalam­ka­ri.

Asa Nike­tan est consti­tuée en coopé­ra­tive diri­gée par un comi­té de neuf membres par­mi les­quels, outre les auto­ri­tés locales et les reli­gieuses, figurent trois femmes élues par leurs pairs.

Leur pro­duc­tion s’est depuis diver­si­fiée, puisque après l’atelier de kalam­ka­ri ont été créés un ate­lier de tis­sage, un autre de saris, réa­li­sant eux aus­si des pro­duits de qua­li­té.

Ces acti­vi­tés ont per­mis à ces ouvrières d’obtenir la recon­nais­sance d’un sta­tut social, un évident épa­nouis­se­ment et une auto­no­mie finan­cière.

 

headerDos­sier de pré­sen­ta­tion
Bul­le­tin d’adhésion
Flyer